NL  

  FR

#respectpourlemilitaire

Du jamais vu: une action syndicale pendant un remise de commandement

Ce jour était marqué par la remise de commandement du 4ème Bataillon Génie qui se déroulait à Amay, sa ville de garnison. L'occasion idéale d'exposer notre mécontentement vis-à-vis du chef de corps sortant, aux yeux des invités et du personnel de l'unité. Du jamais vu: une action syndicale lors d'une cérémonie militaire.

Tout au long du commandement du lieutenant-colonel Thierry Walbrecq, le SLFP Défense n’a cessé de mettre en évidence les multiples entraves à la concertation sur le bien-être au travail, le non-respect des règlements et directives de la Défense ainsi que les violations de la loi syndicale. Le summum a été atteint récemment en prétextant une nouvelle affectation d’un de ses délégués syndicaux d’Amay vers Evere afin de littéralement « décapiter » sa délégation locale. Malgré les nombreuses interventions de notre organisation vers les autorités jusqu’au niveau de l’ancien ministre de la Défense afin de dénoncer ces lacunes, le Chef de corps en partance a été aveuglément soutenu par celles-ci.

A l’arrivée des invités, notre organisation a distribué symboliquement un document C1 communément utilisé pour les procédures disciplinaires au nom du chef de corps. Au cours de l'action, nous avons été interpellé entre autres par le commandant de la Composante Terre, le général-major Marc Thys et le commandant de la brigade motorisée, le colonel Jean-Louis Crucifix. Ils respectent l'approche positive de notre campagne #respectpourlemilitaire et sont conscients de la problématique au sein du 4ème Bataillon Génie.

Compte tenu de ces contacts positifs et de la perspective de meilleures relations de travail avec le nouveau chef de corps, le lieutenant- colonel Philippe Ramaekers, nous avons décidé de ne pas tourner le dos à l'ancien chef de corps, mais d’assister en silence et avec des masques à la remise de commandement. Le nouveau chef de corps a reçu une ovation debout sans masque de notre part.

Soyons clairs: nous demandons du #respectpourlemilitaire à tous les niveaux, du gouvernement aux commandements locaux.